Femmes Environnement Mahajanga
miniatures

 

Contexte, une zone sinistrée...

La commune de Boanamary qui compte environ 10 000 habitants a abrité des industries diverses au cours du temps: une conserverie de viande avec un port en eau profonde qui s'est arrêtée avec l'incendie des infrastructures vers 1960, puis une grande cimenterie du groupe Lafarge qui a cessé toute activité dans les années 2004-2005.
cimenterie

Le départ des industries a laissé la population sans travail et les gens se sont tournés vers le fleuve qui est maintenant soumis à une énorme pression écologique tant sur les ressources forestières que sur les ressources halieutiques.
De ce fait, la commune subit une déforestation galopante avec la production de charbon (en grande partie illicite) et s'agissant de la mangrove, la coupe des Avicennia marina pour alimenter les fours à chaux de Belobaka, ainsi que celle des Rhyzophora mucronata utilisés pour le bois de construction.

Les îlots de mangroves et les berges du fleuve sont l'habitat privilégié d'une espèce de vers à soie sauvages dont la collecte a été abandonnée depuis: le Borocéra madagascariensis qui se développe en abondance sur les Avicennia marina. Ce fut jusqu'au milieu du XX° siècle une des richesses de la région de Majunga.

... mais un grand potentiel écologique et économique

La zone qui s'étend de la route N4, reliant Mahajanga à Antananarivo, jusqu'à la Betsiboka fut une zone fertile recouverte de forêts dans l'arrière-pays et de mangroves le long de la côte. La pression écologique exercée par la population s'est accrue récemment seulement. Il reste donc encore des zones dont l'érosion du sol n'est pas totale et qui peuvent être facilement reboisées ou cultivées.

Le climat est de type tropical chaud avec deux saisons marquées: l’une chaude et pluvieuse de 3 à 5 mois de novembre à mars, et l’autre sèche de 7 à 9 mois d'avril à octobre. La pluviosité moyenne annuelle varie entre 1000 mm et 1500 mm et les températures moyennes annuelles sont de 22° à 25° C. Ce climat est très favorable au développement d'un certains nombre d'espèces endémiques, indigènes ou importées. Toutefois, un souci de maintien de la biodiversité dans une île telle que Madagascar nous contraint à utiliser un ratio suffisant d'espèces endémiques. Le reboisement et le développement de cultures agroécologiques pour la production fourragère et maraîchère bénéficient donc de conditions idéales.

La filière de la soie sauvage de Madagascar a déjà permis il y a plus d'un siècle à cette région de prospérer, preuve que cette activité aujourd'hui délaissée peut renaître dans la baie de la Betsiboka. La qualité du travail des artisans Malgaches, la grande expertise d'Andrée Ethève, professionnelle du tissage depuis plus de 30 ans, l'appui de nos partenaires et, surtout, la volonté des femmes de la région de développer cette activité, sont autant de clés pour la réussite.

Enfin, FEM est une ONG connue et reconnue par la population locale. Un certain nombre de femmes des différentes communes de la zone ont déjà bénéficié des formations de FEM concernant la soie sauvage et les campagnes de reboisement des mangroves impliquent un grand nombre de locaux. Cette confiance et cette collaboration de longue date entre FEM et les habitants de Boanamary, d'Ambatomalama et des autres communes de la zone sont les clés du succés de nos projets.

 
 

Femmes entrepreneurs et environnement de Mahajanga - B.P. 117 - 401 Mahajanga - siège social La Soucoupe - Madagascar

Contact: Andrée Mathilde Ethève, Présidente

Téléphone: (00-261) 33-72-602-28 Courriel: info@femmesenvironnementmahajanga.com

Plan du site - contacter webmaster: webmaster@femmesenvironnementmahajanga.com - site web créé par Gwendoline